par / Google + 3 mn

Web Design : stop à la Scrollaphobie !

Stop à la scrollaphobie : la ligne de flotaison n'est pas une frontière, et les internautes scrollent...

A propos de conception web, et d’expérience utilisateur je dis STOP ! Arrêtons la “Scrollaphobie”. S’il vous plaît ! Et je m’adresse aux graphistes et aux concepteurs de sites, mais aussi et surtout à leur clients. A nos clients. La ligne de flottaison n’est pas une fontière, et les internautes scrollent…

Certaines vieilles idées sur le web on la vie – très – dure dans les esprits. A parler de “Pages” pour désigner les écrans des sites web, les habitudes en provenance du print ont notamment instauré, comme un dictat de la conception des sites web, la notion de “ligne de flottaison”, une ligne soit disant “infranchissable” qui interdirait à tout contenu en ligne d’exister en dessous de la partie visible de l’écran.

Certes, sur le plan physique, cette ligne existe, quoique la situer réellement devient un exercice difficile… Et bien sur aussi que certains éléments importants de la page gagnent à paraître au dessus… Mais la considérer comme infranchissable en postulant que “Les internautes ne scrollent* pas” est une assertion obsolete.

Aujourd’hui, sur internet, les internautes scrollent.

Des études montrent que le comportement des utilisateurs a changé et que l’action de « scroller » est devenue naturelle. Depuis l’arrivée des smartphones et autres appareils mobiles comme les tablettes, scroller est incontournable du fait de la plus petite surface des appareils.

Le réflexe est aujourd’hui naturellement acquis et adopté pour la navigation web sur les ordinateurs. Le scroll est une habitude encouragée par la consultation des gros sites. Imaginez vous consulter Facebook, Twitter, Google+, et même LinkedIn… Sans scroller ! Cela n’a pas de sens…
Les appareils et leur pratique nous rendent le web vertical naturel.

Pourquoi alors vouloir à tout prix comprimer l’ensemble des informations d’un site au dessus de cette fameuse ligne de flottaison ? Utilisez donc la partie emmergée de l’écran pour conduire tout naturellement le visiteur à explorer le reste du contenu que vous proposez.

au dessus de la ligne de flottaison, la partie emmergée de l'icerberg... D’ailleurs, n’avez vous pas vous même scrollé pour lire cette phrase ?
Alors, s’il vous plaît… Arrêtons la Scrollaphobie !

Scroller : du verbe anglais “to scroll” qui peut se traduire en français par défilement. Il est notamment employé en informatique.

Le “scrolling’, ou le défilement d’écran, permet de visualiser un texte ou une image d’une taille supérieure à celle de l’écran.




A lire entre autres billets sur ce sujet très partagé :
[Matt's Notes] Ligne de flottaison, phobiques du scroll et persuasive design
[Disko] Feu la ligne de flottaison
[Axenet] Ergonomie d’un site web et ligne de flottaison

[ Illustrations : inspirée par Disko, Iceberg par Grace Hong ]