• E SYSTEMES LIVE • par Jean-Pierre / Google +

SEO : bye bye les analyses de données sur les mots clef…La SEO évolue grace, ou à cause, de l'encryption des mots clefs par Google

‪On pourrait traduire la question posée par l’illustration de ce post sur le blog de HubSpot par “Savez vous ce qui vraiment me les brise menu ? Le traffic de recherche encrypté…” *

“undefined keyword”

Nous y voilà ! Initié il y a plusieurs mois (vers 2011) par l’omnipotent site de recherche Google, l’encryptage des données de recherche était en place pour les utilisateurs enregistrés. On a vu dès lors dans les statistiques de nos sites web un accroissement du résultat “undefined keyword” ou “not provided” : mot clef indéfini.

Sous couvert de sécurité l’éditeur va généraliser l’encyptage à l’ensemble des recherches sur le moteur. Sécurité de quoi, on peut se demander… Et ce n’est pas la meilleure nouvelle pour tout ceux qui optimisent les contenus sur la base de l’analyse du traffic, et de sa provenance, dans les outils de statistiques.
On aurait pu imaginer que les données fussent accessibles aux utilisateurs de l’outil maison Google Analytics. Même pas !

Et je constate déjà dans nos outils d’analyse** jusqu’à 50% du traffic provenant de la recherche classé dans “undefined keyword”… Un début.

Que faire ?

Dans les statistiques, les mots clef indéfinis... Difficile à dire, pas grand chose en fait. Mais il va s’agir de changer certaines de nos habitudes d’optimisation. Et envisager d’aborder la SEO de façon plus globale. Cette évolution va sans doute pousser la qualité du contenu vers le haut. Du super contenu, dans des super sites, animés pour une super communauté centrée sur l’intérêt de la publication ou du produit. Et finallement une sincérité obligatoire du propos qui décolle du niveau mot clef vers la page dans son entier, pour emmener le site vers les hauteurs dans les listes de résultats…

Ceci dit, la valeur du mot clef subsiste au sens propre pour les enchères des liens sponsorisés dans le programme AdWords. Et là, c’est concret : on paye. Merci de fournir des stats Mr G.

Pour résumer, on peut toujours mesurer le traffic en provenance de la recherche, mais d’une façon globale. A l’éditeur de fournir du contenu pertinent pour faire varier ce traffic, et plutôt vers le haut…
On a toujours des données sur les mots clefs pour les autres moteurs. Bing (<20%), Yahoo! (~10%) restent des indicateurs. On ne perd les informations mot clef que sur environ 65% du traffic…

Un web meilleur ?

Finalement le mot clef n’est pas tout pour analyser le traffic entrant… A nous de faire évoluer le regard que nous avons sur les traces que laissent les visiteurs dans nos statistiques. Ce n’est pas forcement ce qu’ils ont tapé dans Google pour arriver qui est important. L’idée c’est de connaitre le visiteur, le comprendre, lui et son comportement, ses centres d’intérêts, sa réalité.

Bon, on peut faire la gueule ?! Mais pourquoi !? Le monde ne va pas s’écrouler ! Limite Google nous rend service pour un web meilleur ! Et pourquoi pas regarder ailleurs ? Comme par exemple abandonner G Analytics pour d’autres outils…

* textuellement : “Vous savez ce qui réellement me mout les engrenages ?…”
** Une suggestion : c’est le moment d’essayer Piwik. Vous verrez. C’est TROP cool…

A propos de PIWIK sur le blog E SYSTEMES
A lire en anglais :
Sur le blog de l’agence HubSpot (Outils d’analyse et de marketing en ligne)

Web, applis & solutions